news
shop
history
discography
concerts
audio
video
press
links
contact
search on www.popoisdioh.com




newsletter subscription




 

GUTSOFDARKNESS.COM (feb. 2010)

Popo? Sdioh album reviewed by Twilight

Land of Passion est mort, vive Popoï Sdioh !
En réalité, plus que de nouveau projet, je parlerais de continuité ou d'extension du premier; les musiciens sont toujours les mêmes, les influences deathrock/bacave solidement ancrées dans la manière de composer mais elles se sont mêlées, telle une créature hybride, à des influences electro-indus. Où les Belges ont su se montrer malins, c'est en évitant le syndrome du 'tabula rasa'. Plutôt que de se lancer à l'aveuglette dans de nouvelles zones musicales, ils sont partis de leurs bases de prédilection, soit les guitares deathrock tranchantes, la batterie tribale, la dualité des chants pour modifier la production, manipulant les voix à coups d'effets, adjoignant des sonorités électroniques, des samples...Le résultat est assez stupéfiant de maîtrise et de tension: treize morceaux et dix 'audiocrashtests' (soit des interludes musicaux courts, expérimentaux, purement industriels) servis par une production impeccable. Les chansons dégagent une violence écorchée à renvoyer à la niche bien des formations 'indus metal', notamment par le jeu de batterie rituel, véritable moteur de transe, secondé par le feeling tranchant des guitares. Quant au double chant entre timbre grave et vocaux aigus, il se révèle plus fou et diabolique que jamais, imprévisible, agressif, hanté, véritable acteur de cette ambiance particulière. L'équilibre entre éléments batcave/deathrock et les touches industrielles est remarquable, 'Braa' nous emmenant dans une valse endiablée tandis que 'F+F' est un pur essai de deathrock moderne proche de l'époque Land of Passion. 'Mudcover', plus brutal, n'est pas sans évoquer des influences à la Marilyn Manson, l'esbrouffe en moins. Cette diversité évite également l'effet de mode et renforce la crédibilité du quatuor en tant qu'entité musicale. Oppressant, intense, dur mais émotionnel, ce premier essai éponyme ne laisse pas intact et laisse espérer que Popoï Sdioh bénéficiera de plus qu'un statut de groupe culte, il le mérite amplement. (lundi 1 février 2010)

http://www.gutsofdarkness.com